Les médecins plaident en faveur de la e-cigarette

Les médecins plaident en faveur de la e-cigarette

Suite à la polémique qui fait rage actuellement en France, concernant les dangers de la e-cigarette et la nécessité de son interdiction dans les lieux publics, le tabacologue Philippe Presles et le docteur Jean-Michel Klein ont dernièrement lancé un appel à la ministre des Affaires Sociales Marisol Touraine dans lequel ils dénoncent l’amalgame entre le tabac et la cigarette électronique qui selon eux «paralyse les fumeurs».

Co-signé par prés de 80 médecins toutes spécialités confondues, l’« Appel en faveur de la cigarette électronique » a été publié, le 12 de ce mois, dans la rubrique « Express yourself » de la version électronique du magazine l’Express (www.lexpress.fr).

Amalgame: la cigarette électronique au centre du débat

Concrètement, l’appel dénonce l’amalgame fait entre l’addiction au tabac et celle de la cigarette électronique et qui selon les médecins est de la faute des médias, allant jusqu’à accuser ces derniers de décourager les fumeurs d’opter pour la e-cigarette.

Les signataires de l’appel ont aussi souligné que le doute en ce qui concerne la consommation de la cigarette électronique engendre des conséquences graves pour la santé.

Rappelons que le tabacologue Philippe Presles et le docteur Jean-Michel Klein avaient déjà lancé un premier appel en faveur la cigarette électronique les 10 octobre et 15 novembre 2013 suite auquel ils ont depuis relever deux constats contradictoires majeurs, notamment, d’une part, la chute des ventes du tabac de plus de 8% en 2013 ce qui correspond à 500.000 fumeurs sevrés en France et, d’autre part, la forte médiatisation de messages mettant en garde contre les dangers de la cigarette électronique.

D’autre part, les deux médecins expliquent dans leur « manifeste » que l’efficacité de l’e-cigarette est due au faible changement de comportement qu’elle requiert. En d’autres termes, la cigarette électronique permet de garder les mêmes habitudes de fumeurs avec des conséquences beaucoup moins graves, notamment le fait que la vapeur de la cigarette électronique est dépourvue de goudrons, de monoxyde de carbone (CO) et de particules fines.

En ce qui concerne les détracteurs de la e-cigarette, les signataires déplorent le fait que l’absence d’études est l’argument majeur de ceux qui s’opposent au libre usage de la cigarette électronique ou tout simplement cherchent à mettre en exergue ses dangers potentiels.

Santé publique: Faut-il plaider pour le maintien de la cigarette électronique ?

En dernier lieu, les signataires recommandent de faire appel aux sages du Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) et ce, afin de leur soumettre leur appel en faveur de la e-cigarette.

Une action qui milite pour le maintien de l’e-cigarette et qui, selon eux, aura pour finalité de mettre en place une politique de santé publique innovante et ambitieuse qui déclenchera le déclin du tabac à long-terme.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *